Actualités

Femmes et management

Les formations que vous proposez ne s'adressent qu'aux femmes issues du management des ONG, pourquoi ?
Nous sommes nous-même une ONG, nous connaissons donc bien ce secteur. Et travailler avec d'autres associations, c'est aussi pour nous une manière de redistribuer vers le secteur non marchand les subsides que nous recevons de l'Etat. Ce secteur est aussi celui qui a le plus besoin de formations du type de celles que nous proposons. Le secteur privé est largement couvert de ce point de vue.
Le secteur marchand et le secteur non marchand sont, par ailleurs, très différents et ne peuvent pas être abordés de la même façon. La taille des structures sont très différentes, leur objet également. Les ONG travaillent davantage sur des idées que sur des produits. Enfin, dans le secteur non marchand, les managers sont beaucoup plus isolés et ont donc plus fortement besoin d'un accompagnement spécifique.

Pourquoi ne vous adressez-vous qu'aux femmes et selon vous, existe-t-il un management au féminin ?
Les chiffres montrent que, bien davantage que dans le secteur marchand, les femmes investissent massivement les postes à responsabilité des ONG. Compte tenu du secteur concerné, ne s'adresser qu'aux femmes est donc pour nous tout à fait naturel.

Concernant le " management au féminin ", sur un plan théorique il n'en existe pas davantage qu'un " management au masculin ". Mais, dans la pratique, il est indéniable que les modèles d'organisation de l'entreprise ont été pensés par les hommes, pour les hommes. Je ne dirais donc pas qu'il existe à proprement parler de management au féminin. Ce qui est certain, c'est que les modèles d'organisation doivent être repensés avec les femmes, en prenant en compte leurs contraintes et leurs besoins. Il faut impérativement y intégrer la notion de genre.

Vous militez pour un nouveau modèle d'organisation du management, quels en sont les grands principes ?
Il faut bien sûr mettre en place des mesures liées à une meilleur articulation de la vie privée et de la vie professionnelle. Il faut certainement remettre en cause le modèle qui veut qu'un bon manager est quelqu'un qui se consacre à son organisation depuis son réveil jusqu'au coucher. L'organisation des réunions en dehors des horaires classiques 9h-17h est par exemple un véritable problème si l'on veut investir un minimum sa vie familiale. Ceci est valable pour les hommes comme pour les femmes.

Toutes les formules nous paraissent intéressantes à partir du moment où les décisions sont discutées entre femmes et hommes. Il n'y a certainement pas de modèle type à plaquer. Il faut, de façon générale, repenser le modèle existant sans a priori. Jusqu'à présent malheureusement les politiques de l'emploi se sont contentées de coller au modèle existant (crèches, temps partiel...).

Dites nous en davantage sur les modules de formations que vous proposez.
L'ensemble s'organise autour de deux axes principaux : d'un côté nous accompagnons nos participantes vers une meilleure compréhension des aspects proprement organisationnels, c'est à dire la structure et son organisation. Nous travaillons, d'autre part, en " développement personnel " sur la dimension relationnelle du leadership. La participation à des modules spécifiques de gestion des situations de conflit ou de stress, mais également le coaching permet aux participantes d'apprendre à être plus efficaces dans leurs relations interpersonnelles au sein de l'organisation. Ce deuxième axe de formation intéresse particulièrement les femmes qui démarrent leur activité en tant que coordinatrice ou directrice d'une ONG.

Les archives

 
 
Copyright © femininmasculin.org Tous droits réservés 2005.
Conception & réalisation agence web Ekko media